Archives de catégorie : poèmes

Voyage avec la lune

C’est ce soir. Elle est pleine la lune, on l’attend. Elle va prendre son temps pour monter les hautes falaises de Roche Rousse, leur muraille rose fond déjà dans la nuit. Dans notre maison, j’ai coupé l’électricité, je leur ai juste dit, c’est ce soir, et nous avons joyeusement allumé les chandelles. En nous rapprochant un peu plus les uns des autres. Comme les hommes d’avant, collés autour du feu, et qui allaient au même souffle que la terre.

Nos voix dansent aux flammes des bougies

L’ombre au-delà, comme une bordure de velours

Et le rêve déjà, s’entrouvre en murmurant, c’est ce soir…

Puis la forêt. Nous marchons sur le sentier, dans ma main il y a le poids familier de la lanterne. Je la porte en retrait, un peu derrière la hanche, oui, marcher devant, et simplement la savoir là. Elle n’éclaire pas vraiment, la lanterne, mais jette des reflets mouvants sur le feuillage au-dessus, qui fait couler sur nous des caresses fauves, et c’est comme un tunnel, magique et vivant, on se laisse avaler avec ravissement. Les troncs des hêtres surgissent de chaque côté, tremblants et pâles, puis s’évanouissent, tandis que vient, du fond des bois, un cri qu’on ne reconnaît pas.

Un soupçon d’inquiétude peut-être… juste ce qu’il faut pour être vraiment là, le cœur et les tripes éveillés, j’aime ça. Et chaque pas, solide et doux, qui cherche la terre, les genoux un peu plus fléchis que d’habitude, le pied attentif, le corps souple et silencieux, animal. Ça crie à nouveau, par-delà la chair humide de la nuit, puis un froissement d’ailes, là, juste au-dessus du frisson dans mon cou. Je sursaute, Matt rit tout bas, il y a des choses qui ne changent pas…

C’est ce soir, on devine la grande clairière, sa lueur de jade mouillée d’ombre, et, bientôt, la chanson des hautes herbes sur les jambes. Le premier épicéa, immense, longue courbure de branches qui invitent cérémonieusement à entrer. La lune est cachée encore, et déjà tout est clair. Des tapis d’euphraise scintillent et déroulent le chemin jusqu’à la falaise qui plonge vers la Bourne en bas. On s’arrête là, à la lisière étrange des mondes. On s’assied et on ne dit rien. Ni parole, ni chanson, ni prière. Ce soir, on veut juste être avec elle. L’attendre doucement, sereins, sans impatience. Etre là, comme les sept épicéas que je compte devant nous, ils se tiennent silencieux, gardiens anciens du sanctuaire. Etre là comme les chouettes immobiles et farouches, comme les pierres de calcaire éparpillées au bord de la clairière. Comme la sauterelle qui grince d’amour aux étoiles et suit humblement son petit fil de vie, sans imaginer que le monde lui appartient. Oui être là avec elle, avec eux, avec toi. Ma tête sur tes cuisses et l’odeur sucrée de la terre, des chamois grattent les feuilles mortes derrière nous, je m’endors un peu je crois, la nuit est blanche comme un matin.

Et soudain, cette poussée énorme de lumière, cette fissure au crâne de la falaise rousse, et la lune est là, ronde et ruisselante, tendrement soulevée par les branches des sept sages. On se lève, et on marche vers elle. Tellement belle.

Le retour est un voyage, on la laisse nous emporter. Dans la forêt d’opale, sa lumière coule entre les arbres, s’étale en cercles d’argent, sur lesquels on pose le pied, délicatement. Elle glisse des anneaux de nacre à nos doigts, souffle sur nos joues, cascade à nos voix.

Sur les troncs des hêtres, elle enroule

En bleu et gris, des aquarelles

Que ma main frôle, miracles éblouis.

Et quand on sort sur la prairie

Là, juste avant

De regagner le port paisible de notre maison

Elle allume au bord du sentier

Des frissons d’écumes argentées, des lumières en bulles, des étoiles givrées

Poussées là dans l’herbe qui n’en revient pas

je me penche pour comprendre, et puis non

Je n’ai pas envie de savoir

Je veux juste rêver encore un peu

Garder encore un peu mes yeux d’enfant

Et voler en enfonçant mes doigts blancs

Sur la crinière douce tellement de la lune

Qui file sur le Plateau endormi.

Retour vers les Highlands d’Ecosse, été 2019

Il y a des lieux vers lesquels on revient toujours, et l’Ecosse est pour nous de ces lieux là… Inlassablement, nos pas sont guidés vers ces Highlands et ces îles sauvages, écartées du monde, mystérieuses et pourtant familières. Voici en images ( galerie en fin de page 😉 )et en mots, un aperçu de notre été là-haut, dans les landes humides où le coeur de la terre bat plus fort, et au bord de ces plages infiniment lumineuses qui nous font voir la vie plus simple, plus claire et plus belle. Nos filles sont venues avec nous cet été, et chacune a apporté avec elle une manière de vivre l’Ecosse. Peu de photos, juste la vie au grand air.  Nous marchons beaucoup, sur les sommets aux belles courbes qui appellent le randonneur, sur les baies blanches et solitaires, dans les tourbières balayées de vent. Et nous restons assis…  à écouter le temps qui passe, délicieusement lentement. Sandrine, souvent, sort son carnet et écrit la lumière d’ici, le parfum d’ici, et l’ancienne sagesse couchée dans les montagnes. On se baigne dans des lochs oubliés, on s’endort dans le creux d’un rocher. Un cerf curieux vient nous réveiller… Les jours passent comme un rêve. Et, quand il est l’heure de partir, on se retourne pour regarder les petits bouts de notre coeur, éparpillés sur les Hautes Terres d’Ecosse, comme des miettes de Petit Poucet… 

Je voudrais rester là, longtemps

Et regarder le monde à travers le machair.

Autour de moi grandissent, souples et légères, et tendrement abreuvées de soleil, les plantes d’ici. Je vais pieds nus au milieu d’elles, je connais le nom de chacune, trèfle rose, plantain, campanule, la pâle reine des prés, la carotte sauvage,dansée suavement dans la brise, et celle-ci qu’ils appellent silver weed, l’herbe d’argent aux douces dents de velours gris. La camomille aussi parfois, et des chardons roses bouches d’enfants arrondies, chantent parmi les autres belles. Leurs noms, je les lance au vent comme des incantations. Elles sont toutes mêlées les unes aux autres, sans faire de manière, il y a si peu de place pour vivre, si peu de temps pour les festivités. Leur luxuriance joyeuse dessine un fin ruban de verdure entre la lande austère et l’aridité blanche des dunes. Et la mer au-delà.

Comme c’est bon

De regarder la mer à travers le machair

Bleue, tranquille et pâle, un peu surprise

De tant de douceur et peut-être

Que c’est pour cela qu’elle se laisse rêver

Qu’elle s’offre des turquoises de Caraïbes

Des transparences échouées

Des îles comme des caresses à l’horizon.

C’est un petit miracle le machair, une chevelure tressée de terres fertiles, sous les seins gonflés des montagnes. Les hommes d’ici le disent fragile, ils ont planté des panneaux comme des gardiens. Sans ces quelques mètres de vie serrée face au désert, ils n’ont plus rien. La rage du vent et le ventre qui crie. Alors ils en prennent soin, depuis toujours, et le nourrissent d’algues généreuses. Ils y déposent aussi leurs morts, dans de lumineux cimetières, comme des offrandes sous le ciel gris. Les fleurs sauvages poussent autour. C’est beau, je voudrais rester là

Longtemps

Et regarder les hommes à travers le machair

Des hommes debout et sages

Qui vont lentement sur la terre

Et prêtent attention à chaque pas qu’ils font. La pluie vient,

Car toujours ici vient la pluie.

Elle coule comme une berceuse de mère. Le machair tête doucement, en penchant ses fleurs mouillées. J’y plonge mon nez, je voudrais garder ce parfum, ces couleurs, cette force sereine sous mes pieds, cette confiance et la lumière

Ruisselée au bleu de la mer

Je voudrais rester là longtemps

Regarder arriver l’automne flamboyant,

Ses bracelets d’arc-en-ciels

Jetés sur l’océan et le vent

Emportera le sucre des plantes fanées

Et ce sera beau encore, même quand

L’hiver déposera ses longues nuits comme des voiles

Sur le vert éteint des prairies

Qui viendront renaître aux aurores boréales.

Oui je voudrais tellement rester là

Pour regarder, entre deux tempêtes, la danse du machair d’hiver

Aux cieux brodés d’étoiles, et les nuages gris glissés

Mystérieusement

Comme de nouvelles herbes d’argent.

 

Retrouvez toutes nos photos d’Ecosse dans notre galerie Ecosse:

 

Séjour Photo Ecosse 2018

Un petit retour sur notre séjour Photo en Ecosse à l’automne 2018.

Comme à chaque automne nous nous retrouvions en Ecosse à l’automne dernier à guider un fabuleux groupe à travers ces mystérieuses ambiances, ces paysages scintillants entre les gouttes de la dernière averse et les rayons de soleil de l’éclaircie suivante.  Chaque année nous arpentons ces terres au moment du nouvel an celtique, au moment de Samhain. C’est une période pleine de magie, inspirante, tissée d’ombre et de lumière, une période où il est bon d’être en Ecosse…

Sigrid contemple la beauté surréelle de ce double arc en ciel – des lumières typiquement écossaises que nous retrouvons chaque année à cette période magique.

Ann Marie avance sous un ciel tourmenté sur fond du Old Man of Stoer. A cette saison de ciels bousculés et de lumières changeantes, la Cailleach ramène l’hiver pour reprendre possession de ses terres cédées à Brigit pour la moitié claire de l’année. C’est une transition qui nous offre des ambiances fabulueuses.

 

L’ongle de la Cailleach perce les nuages et griffe lentement the Sound of Ramsay sous notre regard subjugué. Un moment fort du voyage: après une belle marche avec des vues à couper le souffle, nous prenons un temps pour nous poser et nous relier aux lieux et à l’âme des terres écossaises, grâce à un petit rituel proposé par Sandrine. Au milieu de l’immense tourbière dorée, toute baignée de silence recueilli, nous nous tournons vers la mer au loin et la lumière nous est offerte comme un miracle!

 

Samhain, Oh ma saison de nuit, de mystère, de sauvages silences… Octobre s’évanouit dans un râle, et je retrouve la lande âpre et les sentiers boueux. J’ai laissé mes fardeaux derrière moi et je marche d’un pas heureux sous le ciel gris, les paysages glissent, les falaises surgissent et disparaissent. Le monde passe. La chanson des cascades. Le frisson sur la peau mouillée. Les rideaux de pluie lentement descendus sur les tourbières. La pluie ici n’est jamais triste et morne. Toujours elle est soufflée d’espérance, ourlée de lumière. Comme la Cailleach qui rit à l’ombre de ses voiles. Elle court et déjà s’évanouit, dans un murmure de robe de soie.

Sandrine Booth

 

Soirées studieuses dans notre chaleureux hôtel. Là c’est à Matt de proposer des rituels ( de dégustation). Slàinte Mhath! Comme on dit en Ecosse

On se sent tout petit sous ce ciel plombé – les ambiances de Glencoe, scène du tristement célèbre massacre des MacDonalds. 

 

Sandrine et Muriel savourent un temps bien Ecossais – pas d’inquiétude, avec les petits déjeuners que nous avons mangé, elle ne risquent pas de s’envoler!

 

Yann reçoit une visite surprenante d’un cerf bien curieux!

 

des Etres du Sidhe? En tout cas il y a quelque chose de féerique ici

 

Merci pour les moments de magie partagés, et merci d’avoir su savourer tout ce que ce voyage avait à vous offrir. 

A tout bientôt en Ecosse? 

Sandrine et Matt

Revivez notre séjour en images dans la galerie ci dessous

 

Retrouvez notre séjour de Samhain dans les Highlands et Islands d’Ecosse ici

Séjour Islande 3

La plus belle de nos aurores islandaises. Un moment magique qu’on offre à un ami qui est dans la peine…

2017_iceland-0803  

Ce soir je vais m’endormir

Au seuil de ma forêt familière

Dans les bras de mon bien-aimé

Les grillons chantent à la fenêtre

La vie est tellement douce et parfois

Si terrible…

Ce soir je voudrais t’offrir

A toi sous ton fardeau plié

Dans la nuit de ta détresse

Je voudrais te donner

La caresse d’une lueur

Toujours là

A la lisière de l’oubli

Ecoute-la…

Il est tard sous les étoiles

On devine par-delà la montagne

Comme un frisson

A peine esquissé aussitôt

Evanoui. Tu crois

L’avoir rêvée mais la revoilà

Un peu plus loin

Qui s’allonge et s’étire

Voluptueuse déjà

L’aurore…

Enroulée autour du ciel immense

Mèche de cheveux d’ange au vent soufflée

Soie froissée de reflets

Tourbillon d’espérance

Regarde-la danser

Elle effleure les crêtes noyées

Sa ronde sur la mer qui soupire

En longues spirales de vert et d’argent.

Ecoute-le du fond de ton silence

Le roulis des aurores…

Certains disent là-haut

Qu’il suffit d’en voir une

Pour renaître au monde.

Celle-ci est à toi

Même si je n’ai rien d’autre

Que mes souvenirs

Et mes pauvres mots

Mais si tu veux bien

Ce soir

Je voudrais les glisser sous ta porte

Et te rappeler tout bas

La lumière…