Archives de catégorie : poèmes

Séjour Photo Ecosse 2018

Un petit retour sur notre séjour Photo en Ecosse à l’automne 2018.

Comme à chaque automne nous nous retrouvions en Ecosse à l’automne dernier à guider un fabuleux groupe à travers ces mystérieuses ambiances, ces paysages scintillants entre les gouttes de la dernière averse et les rayons de soleil de l’éclaircie suivante.  Chaque année nous arpentons ces terres au moment du nouvel an celtique, au moment de Samhain. C’est une période pleine de magie, inspirante, tissée d’ombre et de lumière, une période où il est bon d’être en Ecosse…

Sigrid contemple la beauté surréelle de ce double arc en ciel – des lumières typiquement écossaises que nous retrouvons chaque année à cette période magique.

Ann Marie avance sous un ciel tourmenté sur fond du Old Man of Stoer. A cette saison de ciels bousculés et de lumières changeantes, la Cailleach ramène l’hiver pour reprendre possession de ses terres cédées à Brigit pour la moitié claire de l’année. C’est une transition qui nous offre des ambiances fabulueuses.

 

L’ongle de la Cailleach perce les nuages et griffe lentement the Sound of Ramsay sous notre regard subjugué. Un moment fort du voyage: après une belle marche avec des vues à couper le souffle, nous prenons un temps pour nous poser et nous relier aux lieux et à l’âme des terres écossaises, grâce à un petit rituel proposé par Sandrine. Au milieu de l’immense tourbière dorée, toute baignée de silence recueilli, nous nous tournons vers la mer au loin et la lumière nous est offerte comme un miracle!

 

Samhain, Oh ma saison de nuit, de mystère, de sauvages silences… Octobre s’évanouit dans un râle, et je retrouve la lande âpre et les sentiers boueux. J’ai laissé mes fardeaux derrière moi et je marche d’un pas heureux sous le ciel gris, les paysages glissent, les falaises surgissent et disparaissent. Le monde passe. La chanson des cascades. Le frisson sur la peau mouillée. Les rideaux de pluie lentement descendus sur les tourbières. La pluie ici n’est jamais triste et morne. Toujours elle est soufflée d’espérance, ourlée de lumière. Comme la Cailleach qui rit à l’ombre de ses voiles. Elle court et déjà s’évanouit, dans un murmure de robe de soie.

Sandrine Booth

 

Soirées studieuses dans notre chaleureux hôtel. Là c’est à Matt de proposer des rituels ( de dégustation). Slàinte Mhath! Comme on dit en Ecosse

On se sent tout petit sous ce ciel plombé – les ambiances de Glencoe, scène du tristement célèbre massacre des MacDonalds. 

 

Sandrine et Muriel savourent un temps bien Ecossais – pas d’inquiétude, avec les petits déjeuners que nous avons mangé, elle ne risquent pas de s’envoler!

 

Yann reçoit une visite surprenante d’un cerf bien curieux!

 

des Etres du Sidhe? En tout cas il y a quelque chose de féerique ici

 

Merci pour les moments de magie partagés, et merci d’avoir su savourer tout ce que ce voyage avait à vous offrir. 

A tout bientôt en Ecosse? 

Sandrine et Matt

Revivez notre séjour en images dans la galerie ci dessous

 

Retrouvez notre séjour de Samhain dans les Highlands et Islands d’Ecosse ici

Séjour Islande 3

La plus belle de nos aurores islandaises. Un moment magique qu’on offre à un ami qui est dans la peine…

2017_iceland-0803  

Ce soir je vais m’endormir

Au seuil de ma forêt familière

Dans les bras de mon bien-aimé

Les grillons chantent à la fenêtre

La vie est tellement douce et parfois

Si terrible…

Ce soir je voudrais t’offrir

A toi sous ton fardeau plié

Dans la nuit de ta détresse

Je voudrais te donner

La caresse d’une lueur

Toujours là

A la lisière de l’oubli

Ecoute-la…

Il est tard sous les étoiles

On devine par-delà la montagne

Comme un frisson

A peine esquissé aussitôt

Evanoui. Tu crois

L’avoir rêvée mais la revoilà

Un peu plus loin

Qui s’allonge et s’étire

Voluptueuse déjà

L’aurore…

Enroulée autour du ciel immense

Mèche de cheveux d’ange au vent soufflée

Soie froissée de reflets

Tourbillon d’espérance

Regarde-la danser

Elle effleure les crêtes noyées

Sa ronde sur la mer qui soupire

En longues spirales de vert et d’argent.

Ecoute-le du fond de ton silence

Le roulis des aurores…

Certains disent là-haut

Qu’il suffit d’en voir une

Pour renaître au monde.

Celle-ci est à toi

Même si je n’ai rien d’autre

Que mes souvenirs

Et mes pauvres mots

Mais si tu veux bien

Ce soir

Je voudrais les glisser sous ta porte

Et te rappeler tout bas

La lumière…