Voyage photo Islande 1

iceland-2017-b-9595

Islande, au milieu de nulle part…

Il y a d’abord la plaine immobile, saupoudrée de neige, qui s’étire à perte de vue comme un immense tableau abstrait. Arrêté là, tu n’oses pas avancer, tout est si pur, si beau. Mais il y a la courbe des montagnes au loin, comme un appel, et cet espace infini t’invite à marcher, tu n’y résistes pas…

La marche dans l’herbe qui s’enfonce sous les pieds, tapis floconneux qui accueille ton pas, c’est doux, le paysage défile lentement, et tu suis son rythme, à quoi bon se hâter. Pas de sentier, juste le désir de solitude et de sauvage. Et de silence. Un silence de naissance du monde. Comme si Dieu venait tout juste de créer cette beauté miraculeuse, et ne l’avait pas encore habillée de sons. Comme si c’était le premier jour, et que tu apportais le premier bruit, la prière discrète de ton pas qui se dilue dans l’immensité de la plaine. Tout commence ici, ton chemin est à écrire sur la terre tranquille qui te laisse tout l’espace. Tu savoures le vide en mettant un pied devant l’autre. Tu as encore du mal à y croire, mais tu es là. Sur la plaine immobile, il y a d’abord cela : le simple miracle d’être ici.

Histoire de loup

loup vercors-6702

Dans l’aube brune de ce matin d’hiver, vous vous êtes croisés. Lui venait de laisser ses rêves de la nuit, il avait les yeux encore gonflés de sommeil. Et toi… Tu étais penché sur la neige. Tu as levé la tête et l’as regardé longuement. L’or de ton regard dans le matin hésitant. Le frisson sur sa nuque. C’est bien toi. Tu restes là, à côté de la proie qui gît à tes côtés. Vas-tu prendre la fuite ? Non. Tu recules un peu puis te roules dans la neige comme un chien fou, poudre blanche mêlée d’éclairs fauves, il te regarde, incrédule. Dans le silence, son coeur qui cogne fait un bruit de tonnerre.
Dans l’aube brune de ce matin d’hiver, il a croisé un loup.

Deux heures plus tard, je suis sur le lieu qu’il m’a indiqué par SMS. Je n’ai aucun mal à trouver l’animal que tu as tué, les corbeaux sont déjà sur place. Leurs cris déchirent le vallon gris. J’avance lentement, attentive à chaque pas, cherchant tes traces, prête à recueillir l’histoire que la neige va raconter. Ce n’est pas un conte de fées peuplé de monstres sanguinaires, mais la simple et brute histoire de la vie. Je croise ta piste, très vite. Elle sort de buissons où la neige, toute tassée, est couverte de poils. Est-ce toi qui est resté tapi ici, à guetter dans l’ombre le pas léger du chevreuil ?

Je suis le chemin de ta chasse, ta foulée qui s’allonge, puis ces trois bonds dans la neige. Immenses. Ton ombre fend la nuit, il n’a même pas le temps de t’entendre arriver, tu es sur lui. Eclaboussures de poils et de neige. Seule sur la grande plaine, je me sens toute petite. Vous vous débattez, votre course de quelques mètres saute par-dessus le ruisseau. C’est là qu’il abandonne. Tu cherches sa gorge, tout est très rapide. Deux taches rouges sur le blanc immaculé. Son coeur s’est arrêté, le mien se serre.

Tu l’as traîné ensuite sur une dizaine de mètres, tu cherchais sûrement un coin plus abrité. Tes empreintes se mêlent à un étrange enchevêtrement de poils et de sang. Nous y voici. C’est une chevrette. Le cou rejeté en arrière, toute délicate. Ses pattes fines et longues sont raides, ce sont elles qui la piègent dans l’hiver enneigé. Ses intestins sont répandus tout autour. Elle n’a plus d’oeil, les corbeaux sont déjà venus. La mort n’est jamais belle. Mais elle peut avoir du sens. Ce matin, elle écrit dans la neige le caractère sacré de la vie.
Il n’y a personne pour m’observer, et même toi tu es parti depuis longtemps. Alors je plante mon regard dans son oeil vide, je laisse mes larmes monter, et je lui souhaite un bon voyage, paisible et tranquille. Si voyage il y a… Sa vie coule maintenant dans tes veines. C’est l’histoire que raconte la neige.

J’essaie de laisser de côté mes émotions et examine la carcasse. A part la tête, les pattes et les viscères, tout a été consommé. Depuis combien de jours n’avais-tu rien mangé ? Combien de kilomètres avais-tu parcourus, le ventre vide, affaibli par la faim et le froid ? Cette chevrette, c’était une mort pour une vie… Je comprends mieux tes roulades joyeuses dans la neige. A quelques mètres du cadavre, tu as déposé la panse, intacte. Je reconnais cette façon de faire, ta signature, et je frémis à l’idée que d’autres personnes la découvrent. Tu seras alors traqué sans répit par les chasseurs du coin, accusé de barbarie par les journaux, dressé en symbole du mal par une filière ovine gangrenée de mondialisation et qui cherche ailleurs la cause de ses blessures. Ennemi public numéro un, bouc émissaire de notre société qui ne sait plus reconnaître le sauvage et qui s’est perdue en chemin…

Je décide de quitter la place pour laisser les corbeaux impatients nettoyer la scène et effacer tes traces. Puis je marche dans ta piste de retour. Ta foulée est plus courte, rien ne presse maintenant, tu es repu et tu t’enfonces dans la neige fraîche. Tu vas droit à travers la plaine, jusqu’aux bosquets que tu longes. Ton chemin monte vers les sommets, loin du monde des hommes. Pas une seule fois tu ne t’arrêtes, sauf pour déposer dans la poudreuse une crotte où je reconnais des petits poils blancs. Tu avances sans te retourner, tranquille et sûr. Dans le silence de ton passage, la colline frémit doucement. Je n’entends rien d’autre que le crissement de mes bottes, et mon souffle, de plus en plus court. Te suivre encore un peu, sans attente, sans question. Te suivre malgré la pente raide, pas après pas. Me laisser guider au fil sacré de tes empreintes.

Dans l’aube brune de ce matin d’hiver, elles ont écrit une histoire. Une histoire toute simple, qui ne fait pas peur aux enfants, et que les hommes ont depuis longtemps oubliée. Une histoire qu’il me fallait raconter à mon tour. Pour que d’autres aurores te regardent passer…

 

Image prise un autre jour, dans un autre lieu, pour éviter toute reconnaissance possible 😉

 

Le Vercors, l’hiver, le vent

vercors-8434

 

Je ne sais plus où est

Le ciel, où est

La terre

Je ne sais plus

Si j’ai chaud, si je suis glacée

Et si

Sous le masque de froid

J’ai encore un visage

Je ne sais plus si c’est agréable ou non

Cette marche dans la rage de l’hiver

C’est tellement beau, depuis longtemps

Je ne sais plus où je vais

Je ne reconnais plus mes peurs, poussières éparpillées

Je ne sais plus…

Il n’y a que le vent

Qui hurle sans fin et enroule

La neige ivre

Dans sa ronde endiablée

Il n’y a

Que le battement de la lumière

Au creux du ciel disloqué

Et dans mes doigts le sang

Palpite encore peut-être

Je ne sais plus je crie

Ma joie sauvage, je danse

Dans la tempête

Aux poudres d’étoiles envolées

Je ne sais plus

Qui il faut remercier pour cela

Pour le vertige de la beauté

Pour le soleil qui siffle à travers les nuages

Et mes cheveux de givre tremblant sous le bonnet

Mais je sais

Que je fais un pas de plus

Au milieu des vagues de neige

Et que ce pas là

A le goût du miracle.

Black Cuillins île de Skye

 

s_m_booth_photo_nature_skye-4458

Ecosse, île de Skye.

Jour de pluie sur Skye, ciel bousculé de nuages. Les averses s’avancent les unes après les autres, laissant glisser leurs voiles gris sur la lande. Les deux pieds enfoncés dans la tourbe spongieuse, j’attends leur venue. C’est bon. Les premières gouttes sur le visage, froides et douces. Attendre encore. Laisser venir la pluie. La voici qui approche dans un immense bourdonnement. Elle nous enveloppe maintenant, ruisselle sur nos vêtements, coule dans nos yeux. La terre se trouble, les crêtes au loin s’évanouissent. Nous sommes trempés. Nous sommes heureux.

Derrière les Black Cuillins, l’ombre du ciel se déchire déjà et laisse descendre un puits de lumière.
Ici on appelle cela « finger of God », le doigt de Dieu. Je le regarde glisser, pinceau sacré qui dessine les contours de la montagne, en suit les courbes noires. Mon coeur bat au rythme de cette lente caresse. Et l’averse déjà cesse, elle s’éloigne dans un soupir.

La lande est d’argent maintenant, scintillante, irréelle. C’est ainsi que je la préfère, juste après la pluie, quand elle s’offre à nouveau au soleil. Moment fugace et précieux. Et tandis que les gouttes commencent à sécher sur nos joues, le vent déjà apporte la prochaine averse. Dans ce paysage mouvant, sans cesse transformé, nous sentons, avec une délicieuse lenteur, le passage de chaque seconde, l’une après l’autre, et chacune semble un miracle. Chacune a ce même goût sauvage et puissant, cette force douce qui nous fait frissonner, le goût de la pluie sur Skye. Le goût de la vie.

Moment fabuleux partagé avec Matt et Daniel Baron, lors de notre dernier séjour photo en Ecosse.

Commencer l’année

Et si on la commençait tout en douceur, en ralentissant un peu le rythme, en revenant aux choses simples? 🙂

 

prises2vues-7998

Sur le fil des crêtes, nous marchons. Lente montée baignée du soleil de fin de journée. Les paysages défilent. Sous les pieds il y a parfois la douceur d’une fine couche de neige, et parfois la terre dure veinée de racines. Nous sommes dans chaque pas. Nous ne parlons pas. C’est comme un accord tacite cette absence de mots, un cadeau que nous nous faisons l’un à l’autre, pour nous permettre de mieux revenir.
Je marche. Au milieu du silence j’écoute résonner la ronde folle de mes pensées. Continuer à avancer, les laisser courir au bord du vide, comme des chevaux emballés, des enfants turbulents, je sais qu’elles finiront par s’arrêter, se poser dans l’ immensité qui se déroule ici. Juste les laisser.
Marcher encore. Des oiseaux s’envolent devant nous en gerbes d’argent bruissantes. Au loin la mer de nuages lèche doucement les flancs des montagnes. Le soleil descend, le corps chauffe, je sens les muscles de mes cuisses gorgés de sang qui se contractent au rythme régulier de mon pas. Bientôt il n’y a plus que cela, la merveilleuse machine des jambes qui avancent tandis que l’esprit se vide. Nous y sommes.

Le soleil descend encore, vient s’étouffer dans le velours moelleux des nuages bas. Nous déposons les sacs à dos pour préparer le feu. C’est pour cela que nous sommes montés ici: éclairer la longue nuit d’hiver à la lueur des flammes. J’aime cela, préparer le feu. Chaque geste est un abandon simple à la vie. Matt quitte la crête et s’enfonce dans la forêt à la recherche de bois mort. Bientôt j’entends le ronron régulier de sa scie qui flotte par-dessus la cime des arbres. Je prépare le cercle de pierres, les dispose une à une, leur contact glacé tandis que le ciel devient rose. Puis je vais chercher le petit bois sous un grand épicéa. Il m’offre des dizaines de fines branches sèches, qui se cassent dès que mes mains les effleurent. Elles brûleront facilement.
Nous faisons des petits tas de bois, amoureusement ordonnés. Gestes précis et lents. Loin de la précipitation de ces dernières semaines où il fallait tout faire très vite. Je goûte cette lenteur presque sacrée, le soleil s’enfonce dans l’horizon cotonneux zébré de rose et d’or.

Matt allume le feu, les premiers crépitements, la tension dans le corps, et le parfum troublant de la résine. Les flammes montent vite, le bois est bien sec après ces jours sans pluie. Le vent du nord s’est levé, glacial, mais nous sentons déjà le souffle chaud qui palpite dans l’aube.
Des braises s’envolent, dansent dans le vent, joyeuses petites lucioles orangées. Nous suivons du regard leur vol enchanteur. Ne pas parler. Laisser le feu grandir dans le silence. A travers la fumée, la mer de crêtes se brouille et se met à onduler doucement. Matt verse le thé dans les tasses. La nuit vient, toute bleue. Elle enveloppe les arbres et resserre ses bras d’ombre autour de nous. La première étoile, entre deux gorgées de thé brûlant. Les lumières des villages de la vallée s’allument au loin. Puis, au milieu de l’immensité radieuse, le cri d’un renard. Il approche et semble tourner autour de nous. Ce n’est pas un chant mélodieux, mais une sorte de gémissement aigu qui gratte la nuit, se frotte aux dernières lueurs et fait vibrer les crêtes de sa force sauvage. C’est beau. Nous écoutons, recueillis, silencieux, simplement heureux d’être là. Que demander de plus à la longue nuit d’hiver. Nous avons le feu, les étoiles et les cris mystérieux du renard qui s’enfonce dans l’ombre. La lueur des flammes caresse le visage de mon homme, fait chanter sa barbe de reflets roux. Nous avons dû échanger une dizaine de phrases au fil de ces heures étirées. Tellement proches pourtant. Tellement bien. La tête sur son épaule, je regarde le feu s’éteindre et l’année commencer doucement.

Sensations, le film

Le film « Sensations », récit poétique en images de nos immersions dans la nature sauvage  du Vercors et qui présente l’esprit de notre livre, les ambiances qui nous sont chères : des brumes mystérieuses où nous aimons nous perdre, aux rivages de la nuit baignés de bruits et de parfums, et jusqu’à ces jours de neige glacés, où le cœur palpite au milieu des blancs velours de silence, nous vous invitons à cheminer avec nous… à vous arrêter avec nous… à vibrer, à aimer, à rêver avec nous ! A vous rappeler que la vie est précieuse et que chaque seconde nous appartient. Alors faites une pause, préparez-vous un thé, installez-vous confortablement sur votre chaise, respirez… On vous offre 10 minutes de bonheur tranquille au fil de nos sensations. De vos sensations…
Vous pouvez commander notre livre Sensations en ligne sur notre page SHOP

 

Nous tenons à remercier encore toutes les personnes qui nous ont soutenus en pré-commandant ce livre, qui remporte un énorme succès avec déjà la moitié des exemplaires de vendus, seulement trois semaines après sa sortie officielle. Merci aussi au public enthousiaste et chaleureux qui nous a offert de merveilleux retours lors des différentes conférences où le livre Sensations a été présenté et le film projeté. Nous sommes très touchés par toutes ces manifestations de soutien, et heureux de voir que nous sommes nombreux à rêver d’une vie plus proche de la nature, et d’un monde plus doux et plus ouvert!

 

Sortie du livre Sensations

sensations-7788

Sortie officielle du livre Sensations !

Ça y est, il est arrivé et c’est avec plaisir que nous partageons les premières images de notre livre avec vous: l’ouvrage est magnifique et nous plonge dans un monde poétique, mélange subtil de force et de douceur. La couverture joue sur les textures, les reliefs, et l’intérieur, avec son papier mat et légèrement velouté, met bien en valeur les images.

Sandrine a commencé les premières dédicaces au coin du feu, et tous ceux qui ont pré-commandé recevront leur exemplaire bientôt.

Le livre sera officiellement présenté lors du vernissage ce samedi 26 novembre, à 18h30 à Saint Julien en Vercors. Au programme: une très belle expo, avec des images inédites du livre, la diffusion d’un petit film, invitation à retourner à la nature et à la simplicité des émotions qu’elle nous offre, une petite présentation-diaporama, puis un temps de partage autour de l’apéro. Nous vous espérons nombreux pour cet événement qui nous tient à coeur!

sensations-s-m-booth-6027sensations-7819

Une de nos images primée au festival photo de Vourles

PREMIER PRIX au concours photo de Vourles

C’est un vrai plaisir d’apprendre qu’une de nos images est arrivée première dans la catégorie paysages du monde au concours photo de Vourles et pas n’importe quelle image – il s’agit de l’image de couverture de notre livre Sensations qui sort en novembre. Une image qui nous est chère, qui raconte les plateaux déserts du Vercors en hiver, et la solitude qu’on peut y trouver.
Il paraît que le jury du Festival de la Photographie Nature de Vourles 2016 a eu le plus grand mal à départager et quand on voit la qualité des images primées, on ne peut que les comprendre.
Alors nous tenons à remercier le jury du festival pour son travail et pour son choix final et à féliciter les autres primés!

 

photo vercors hiver

Chroniques de la forêt enchantée 3

085a4984

Cette nuit
dans la forêt noyée de lune
je marche sur le chemin oublié.
La terre
est douce sous les pieds,
je sens chacune de ses courbes,
chaque branche qui craque,
et la brisure gémissante des feuilles sèches.
Je marche lentement, mes mains
frôlent des rideaux d’ombre,
velours ondulants de la nuit d’été.
L’air est tiède, je ne pense à rien,
mon coeur bat au bout de mes doigts,
et j’avance sans attente,
les yeux ouverts sur le noir immense.
J’avance à pas minuscules et fragiles
au hasard des lueurs qui coulent entre les troncs.
C’est bon et doux cette marche dans la nuit,
dans la ronde berceuse des arbres argentés,
c’est bon et mystérieux.
La lune cligne derrière les feuilles,
la terre tremble du galop de la biche,
tout près,
je ralentis encore, j’écoute.
L’odeur grave et profonde de l’humus
monte en lourdes spirales d’ombre
et s’enroule autour de mon pas.
Les voix d’hommes depuis longtemps se sont tues, j’écoute
mon coeur dans la nuit,
le chant de la forêt.